Rallye du Mont Blanc Morzine 2007



Voilà une gros morceau à raconter!

Cela faisait quelques bonnes années que l'envie de monter au Mont Blanc nous perturbait avec mon Yorick!
Nous voilà donc 15 jours avant l'épreuve et l'équipe de Rallye-fun.com qui nous propose un méga Week-End en leur compagnie avec réception à la gare d'Annemasse, logement sur les belles hauteurs environnantes et surtout MEGA ambiance garantie...

Nous voilà donc jeudi fin prêt à partir. On se retrouve avec Yorick sur les quais de la gare de Nîmes.
Personnellement, la SNCF n'a jamais eu de pitié pour moi et ce voyage ne serait pas un bon voyage sans ces soucis là!! Et bien c'est parti! Le TGV entre en gare avec 10 min de retard (la correspondance se raccourcie)!
Mais bon pas de problème, on trépigne trop et puis on a pas le choix!
Evidement, 10 min de retard auraient été trop peu suffisante, un incendie sur la voie nous fait faire un méga détour par Valence Ville au lieu de Valence TGV puis par Lyon par Dieu...

"tam ta ta laaaam, Annemasse, ici Annemasse...", Nous y voilà. Une petite 1/2h de retard, on s'en sort bien!
Toute l'équipe des founes nous attend devant la gare, on est les deux seuls perdus en-t-shirt... Bah oui c'était le grand nord là haut et il faisait froid par rapport à Nîmes!
Yorick a droit à un petit tour d'A310 V6 pour monter au chalet, et mois je commence déjà en engranger des bornes avec la Safrane qui marquera ce superbe Week-End: "Plus de bruit!".

Arriver au chalet, tout le monde s'installe et l'apéro peut prendre sa place... Avec modération, le levé sera matinal le lendemain!
On se fait un bon résumé des périples à venir et des passages que l'on risque de voir. Les pronostiques sur le scratch ou les craches s’avancent et vu comment on galère pour s'entendre, les pilotes auront de quoi faire pour nous mettre tous d'accord!

Une bonne nuit passée, départ à l'heure, direction la première ES de la journée pour nous tous: l'ES2 (Les Alpes du Léman). On se pointe à "les Courbes" pour shooter dans une belle descente.
Les temps est brumeux et un tantinet humide, on risque de voir du spectacle...
En attendant personnellement, je galère à me placer, beaucoup d'épingle, mais pas très très serrées: J'avais oublié qu’on n’était pas dans mes Cévennes! Enfin bon, je monte jusqu'au col en sens inverse de l'ES: un droite ciel pour un gauche avec un peu de feuille, ça me plait, j'attend les ouvreurs pour voir si j'ai raison.


Une grande pâture juste derrière moi est rempli de vache laitière, le dépaysement est total, et les frissons arrivent lorsque la 205 Maxi Gr.F de Guebey allongent les rapports dans la montée du col...
Je ne vois rien, j'attend juste que l'auto sorte de derrière la bute. Bon sang, c'est la première fois que je vais voir cette auto et... Pfouuu elle respire!
Malheureusement le pilote était plutôt indisposé pour bien l'emmener, mais bon, c'est une bonne mise en bouche, je suis maintenant sûr d'être bien posté pour les photos et les frissons!
J'attend maintenant que David Salanon monte, je rencontre alors Terry d'1max2rallye qui arrive pour filmer la montée du col.

Ca y est c'est parti, je distingue le son le son feutré de la 307 qui craque tout ce qu'elle sait dès que David Salanon, Patrick Henry ou Jean-Marie Cuoq en lâche un peu. Ce ne sont pas les bonnes autos pour profiter au maximum du passage, c'est trop propre et efficaces, la sonorité de l'auto ne me plaisant pas pour deux sous, je me réjouis du résultat des photos sur mon écran LCD.


Le passage deviendra des plus magiques et se gravera à jamais dans ma tête lorsque les 306 Maxi ou autres Kit Car, S1600 et S2000 monteront. Imaginez un peu la scène... Je suis à la cime d'un col et le son de l'auto passée devant vous a le temps de se taire grâce au 2min d'écart entre chaque autos de tête. De l'autre coté de la bute qui m'empêche de voir, il y a de quoi allonger jusqu'en 5 ou 6 et il faut faire sortir tous les watts qu'on a à disposition pour bien arriver en haut. C'est là que le rugissement des 306 maxi ou le bruit caractéristiquement métallique des Punto S2000 atteint son paroxysme. Plus un seul poil ne reste couché sur ma peau,... Je n'ai jamais eu une telle chair de poule! Le spectacle est aussi là devant moi en plus.


Ayant pas mal marcher pour atteindre ce point de l'ES, je commence à redescendre une fois que le calibre des autos commence à diminuer.
Je regarde quelques passages dans les épingles qui s'enchaînent plus bas, et je ne suis alors vraiment pas déçu de "mon" col.
Au passage on reconnaît quelques grosses autos marquant les régionaux Rhône Alpins ou bien la magnifique et aujourd'hui regrettée ex-318 Compact de Fred Rizo, que l'on a si souvent vu par les portières.
On se retrouve tous à l'accès pour regarder les VHC, manger puis décoller pour l'ES5



On arrive par l'arrivée de l'ES, et on décide de remonter le petit col de Forclaz pour se poster chacun dans son épingle.
Je me retrouve à nouveau posté le plus haut dans l'ES, juste après le passage du col, une légère allonge pour freins et épingle gauche.
Les énervés du câble vont m'offrir de beaux passages et le soleil s'étant levé, on peut alors profiter pleinement d'un panorama de folie que l'on ne peut trouver qu'en haut Savoie.


L'excellent programme organisé par les founes tout le long de ce Week-End nous impose alors dès lors un timing serré.
On doit passer par le parc d'Assistance pour shooter d'une part et récupérer ou installer les caméras embarquées en ce qui concerne Lionel.
C'est alors la première fois que je vais vivre l'effervescence d'une assistance de championnat de France, et ce fut très marrant! Le petit jeu des photos se montra assez sportif, à la "bagarre" avec d’autres photographes, mais ce fut l'occasion de sortir des clichés un peu hors du commun.


Notre présence au parc, me permis aussi de faire la rencontre de Franck Amaudru, Elodie Heritier, "Paulo" Desplanches et bien d'autres personnes très sympathiques!
L'heure vint donc pour nous, de monter se poster dans la descente de Joux-Plane, pour le tour de nuit.
Le second moment le plus magique de se rallye arrive... il y a un peu de monde dans notre virage, mais on est tout de même loin des rangés de spectateurs du Cévennes. Le silence de la nuit va dont pouvoir bien se poser pour que le vacarme des autos puisse bien le "déchirer".
Nous sommes dans un droite très très long et rapide, juste avant la cellule d'arrivée. Derrière nous, le halot des rampes de phares apparaît et disparaît au dessus de montagnes. Devant nous, en contrebas, Morzine tout éclairé. C'est superbe!
On entend très bien les moteurs donner tout ce qu'ils ont dans cette descente rapide. La nuit nous permet de voir les disques rouges et les flammes que peuvent cracher tous ces monstres!
N'ayant pas de gros flash, Yorick et moi décidions de ne prendre aucune photo.
Une dizaine de concurrents passent et vient l'heure pour eux de prendre le départ de l'ES de la Joux Verte, juste en face de nous de l'autre coté de la vallée.
Alors que les bolides continuent de défiler devant nous, on peux aussi profiter du son et des flashs crépitants dans l'ES suivant au passage des premiers concurrents.
C'est magnifique, on ne sait plus ou donner de la tête!

L'heure de rentrer arrive quand même, et on se retrouve alors tous au chalet, pour passer une bonne soirée et faire le point, s'échanger les avis sur les photos effectué dans la journée, ou raconter ce qu'avait vécu les uns les autres dans leurs différents placement ou programmes.
On arrive encore là, juste en racontant, à se donner des frissons. C'est sûr le rallye est la passion la plus riche en sensations!!
Le levé s'effectuera encore plus tôt le lendemain, on doit alors tout de même se coucher et dormir... Euh pas tout de suite non plus, car 11 jeunes fous enfermés dans un chalet, ça fait les cons!!^^ (PoyPoy et Mike du site Alpes-Rallyes.com nous ayants rejoint)

Le réveil est alors aussi folclo le couché...
Tout le monde est en forme, on est parti pour l'assistance de départ. L'heure pour récupérer les sensations des pilotes les plus ouverts du parc, au dernier matin de l'épreuve.
On se poste tous dans l'ES12 et on a beaucoup de mal à trouver quelque chose d'intéressant à photographier ou filmer. Il y a bien de belles traces noires au sols s'entrecroisant, gages de quelques ratés la veille, mais une simple bosse, un droite délestant ou une toute petite corde poussiéreuse, s'offraient à nous. Les pilotes s'ayant déjà fait peur la veille, nous l'allions voir que peu de spectacle!


Par contre, le départ de l'ES13 allaient nous procurer à tous de quoi nous satisfaire, tant sur le plan photographique et sensationnel...
En effet placé dans un droite TRES corde pour certains et TRES sales pour tout le monde, juste après le départ (à peine de quoi monter 3 rapport avant d'être dans ce virage quelques pilotes allaient de faire de belles frayeurs. Les gros coeur à gros coup de volant eux nous ont aussi régalé par leur maîtrise!
Situé juste dans un sous bois, le son des procédures de départ s'élevé au rang de magique!


On regarde ce passage pratiquement jusqu'à la dernière auto, on a beaucoup de temps!
Assez de temps même pour se poser dans Morzine et boire un bon demi en profitant du magnifique soleil. Juste avant de monter au point stop de Joux-Plane, ce qui allait être la dernière fois que nous allions voir les concurrents en conditions de course, on en profita aussi pour manger un excellente crêpe... Si la dame aux crêpes passe par là : merci pour la bonne humeur
Ce fut aussi un bon moment à coté de la course, entre amis, c'est aussi ça le rallye!

On alors donc au point stop pour voir les concurrents encore en pleine bagarre. L'occasion de faire de beau portrait des pilotes en pleine fatigue d'après ES. Tous les membres des gros team sont là aussi, la pression est à son comble et très palpable!
La bagarre fait rage à tous les étages: les trois top pilotes que sont Rouillard, Mauffrey et Gal du trophée Michelin, ne sont séparés que par quelques secondes. Les deux pilotes des 306 maxi sont même dans la même seconde et il ne reste alors qu'une ES à couvrir avant le pointage de l'arrivée!


Accompagné et guidé par le frère de Franck Amaudru (Benji), on quitte le point stop au passage de ce dernier pour nous rendre au podium final et remercier les pilotes pour toutes les bonnes sensations qu'ils nous auront donnés tout au long de la course.
Le temps aussi pour nous de dire au revoir au "amis-équipages".


Voilà comment se déroula ce magnifique Week end en haute Savoie.
Il ne restait alors qu'un soir durant lequel on allait profiter de prendre un méga apéro tous ensemble avec nos amis.
Nous ne savions alors pas qu'il allait nous en attendre encore un peu avec Yorick le lendemain... J'ai été bête de penser qu'en rentrant en train, moi qui suis maudit par la SNCF, tout allait bien se passer...
En effet, un poil fatigué par la soirée de la veille, alors que Benji et Kéké nous laisse à la gare d'Annemasse, une erreur de lecture des panneaux, accusant directement le fort mal de crâne^^ nous emmena à prendre le mauvais train!
Nous devions alors rentrer sur Nîmes vers les 16h. Cette nouvelle aventure nous emmenant à Thonon les Bains (merci les contrôleurs), nous dûmes rester à la belle gare de la ville aux bains pour attendre de pouvoir reprendre le bon train...
Arrivée finale à Nîmes 23h20...

A refaire très prochainement!!

Pour tout ce que vous m'avez fait vivre, mille mercis à Benji, Lionel, @lex, Hervé et Hervé, Thom, PoyPoy, Mika et mon Yorick!
Franck, Paulo et Elo ne sont évidement pas oublié!
Comme déjà démontré lors du rallye du Gard par Gandolfi, le rallye est vraiment une grande famille et rien que le fait de terminer cet article, m'émeut assez à savoir que je vibre pour ce qui est certainement LA meilleure passion qui puisse exister grâce à tout cela!
J'ai connu là haut mon rallye le plus riche en sensations. C'était la première fois que je suivait un rallye d'ES en Assistance, au coeur de la course (merci encore à Benji et Lionel), et j'ai retrouvé là haut, auprès de mes amis de la team rallye-fun, la fraternité qui devrait caractériser tout comportement dans cette passion.


 












Loan Volpelliere

Association loi 1901 - Tous droits réservés