Rallye du Mont Blanc Morzine 2007



Et bien voilà, on l'attends toute l'année, et il est déjà passé!

Aucune épreuve à mon calendrier pour ma part depuis la Finale et le Cévennes étant l'épreuve qui bâtit cette passion chez moi, cela devenait de plus en plus pressent d'entendre parler des Plantiers, de la Cadière, St Bresson et les autres capitales à Frissons qu'elles constituent.
Surtout que la semaine précédent l'épreuve, je suis en vacances, et les jour à ne rien faire (même pas réviser ^^) sont plutôt très long.
On commence à faire des plans pour le week end et on s'imagine déjà comment tout ce beau monde va nous rendre fou pour une année de plus!

Tout commence Jeudi donc, on veut rien rater!
J'ai rendez-vous avec Franck à Montpellier à 7h30... Faut déjà visser le réveil! C'est pas grave, plus j'en verrais mieux je me porterais!
Debout, 6h, le réveil n'a eu aucun mal à me réveiller! Il fait beau et sec, une belle journée s'annonce!

Franck est lui aussi bien posté à notre point de RDV, même si la veille a été difficile pour certains, notre Critérium serait capable de nous réveiller, même avec une jambe en moins !
Direction le shakedown, pour prendre la température. Le temps est sublime et le soleil levant donne une lumière sublime pour les photos.
Il éclaire les camions et les bolides d'une belle lumière orange, on reconnaît les vedettes de la course et leurs équipages rigolent encore, prêt à en découdre dès demain!
Pour le moment, la camaraderie et de mise, quelques mots échangés avec Guillaume Canivenq et Pascal Enjolras nous en joie encore un peu plus!
Les deux gros coeurs sont aussi de grands messieurs et transpirent la même passion que la notre, ça fait du bien!
Merci Guillaume et Pascal!


Il est alors un peu plus de 8h et on les copains nous retrouve eux aussi autour de la belle 207!
Il est temps de nous diriger vers la base d'essais de ce Shakedown...

On balade le long de la route pour trouver un bon coin à shooter, les oiseaux chantent, les fleurs s'ouvrent au soleil. C'est trop bon!
Le temps est propice à de belles rencontres (...) et de belles photos, la course ne sera que demain!
C'est parti, c'est Pascal qui ouvre le bal... Il n'a pas l'intention de beaucoup rouler et il n'est pas là non plus pour amuser la galerie!
Ca ouvre fort et c'est beau!
Cédric Robert et Thomas Barral roulent eux aussi très fort et guillaume Canivenq est déjà là pour leur montrer qu'il ne sera pas là pour rien ce Week end!
Nous sommes aussi heureux de retrouver Thierry Beuron et Damien Mezy, bien remis de leur accident de début de saison, au volant de la rutilante Corolla WRC!



Les runs s'enchaînent sans un gros rythme et l'heure de la faim approche!
Après que les founes nous aient retrouvé, peu en forme après un gros Halloween Montpelliérain, on reprend donc la direction de Montpellier, pour un bon Quick de gros et prendre un méga bain de soleil au parc des Expos pour assister aux vérifs...
...Il faut bien faire le plein de calories "citadines" avant d'attaquer deux jours au pâtés, saucisson, et fromage du pays... et boisson aussi un peu!
On mesure bien au parc l'envie de chacun et ça fait du bien, il fait beau, on croise de jolies filles, on est bien à Montpellier!
Vivement demain!
En attendant, un autocollant est posé sur la Corolla et on fait aussi la rencontre de J.M. Cuoq. Plaisir!

Décollage pour la casa, on a un week end a mettre sur pieds avec les amis qui viennent à leur rallye annuel et demain matin, ce sera avec Yorick, de bonne heure pour la première étape!

Houla, 5h45, ça fait bizarre, mais pas de râle pour le Cévennes...
Là par contre, c'est trop tôt et il fait carrément froid, mais Yorick est déjà en train de sauter à coté de la Sax'... On part à deux voitures jusqu'à Ganges, puisque je vais passer le nuit dans l'ES de la Cadière tandis que Yorick sera obligé de rentrer car il bosse samedi (sick)!
On s'amuse un peu sur la route en retrouvant les copains, Gregory Cellier et Gaettan Olmi...
Passage obligé devant la Cadière, et déjà des frissons, les gorges raisonnent déjà (ou encore) des sons des Kit Car.
On pose la Sax' à Ganges et on continue avec l'Audi de papa, direction « la tranchée » pour le premier passage à shooter de la journée.

Il est un peu moins de 9h du mat’ et pourtant on a pas besoin de la polaire déjà ! Un beau soleil brille et il fait doux. Décidément le Critérium a été fâché contre la pluie en 2003 avec toutes ces annulations… Tant mieux, on a un peu plus de lumière pour les photos, et puis il vaut mieux finira la trace du t-shirt attaqué au parc des Expos la veille plutôt que de passer la journée détrempé !
On remonte donc l’ES pendant une paire de km, histoire de trouver un coin avec moins de monde et où on puisse pratiquer notre art préféré : l’enlèvement de rubalises pour dégager le paysage des photos ! :-D
On est alors dans un beau gauche, un petit campement dans l’échappatoire du freinage nous rappelle l’ambiance, avec l’odeur du feu et… du jaune…
On se poste avec Yorick, tout d’abord moi à l’extérieur et mon lutin à la corde avec le petit objo… Arrive alors un des photographes du site e-rallye.fr, qui prend la même idée que nous en postant aussi un caméra fixa au sol. Il connaît freres-cevenols.com et ça nous fait bien plaisir, surtout en prenant connaissance de sa passion et de sa gentillesse.

On attend tous les premières ouvreuses et celles-ci ne tardèrent d’ailleurs pas à passer, mais après la magnifique GT3 Road Challenge de Romain Dumas, qu’il ne pilote vraiment pas mal pour un pistard (au passage)….


Le trou….
Bienvenue au Critérium des Cévennes ! lol
La C2 00 s’est permis le luxe de se sortir la première, et visiblement, elle n’a pas fait semblant, puisque la première ES en a été retardé d’une bonne heure. Même avec un grand soleil, nos routes restent bien piégeuses, va y avoir du sport !
On attend donc encore quand les hurlements (…) de la 307 de Cuoq nous « réveillent » que lorsqu’on le vit sortir du virage précédent…. Beau passage, ca glisse en sortie et c’est beau. Vite vite qu’une vrai voiture passe !


Et c’est Eric Mauffrey le premier à passer avec ces vraies voitures… Il a effectué du gros roulage lors de la finale sur ce profil de route, et ça se sent ! Bon dieu que c’est beau à voir passer une telle Kit Car dans nos Cévennes… Elle au moins on l’entend arriver, mais on l’entend aussi très très bien partir de notre virage…. Pffouuuuu !
Les photos sont belles, mais je décide de bouger dès le passage de Rouillard, qui me gratifie d’une belle glisse sous le nez… J’étais vraiment mal placé bordel !
Je remonte juste un peu et me place au niveau de la route ! Et là les photos n’ont plus rien à voir…


Les autos défilent tranquillement, sans nous faire de gros spectacle ; c’est pas grave, c’est déjà trop bon d’être au bord de la route pour le Cévennes !
Piqué par le plaisir que procure le fait de shooter en parc d’assistance (encore merci Benji et Lionel), on bouge juste après les A7 pour remplir notre carte à St Beauzille de putois.
Sur la descente au milieu des voitures, on se rend compte qu’il y a des virages bien bien gras, les pilotes doivent bien s’amuser. L’ES étant plutôt longue on assiste même à des dépassements : certains sont plus rapidement dans le rythme que d’autres !
On est en train de prendre le plaisir maximum, il fait beau, le paysage nous saute aux yeux de n’importe quel coté qu’on tourne la tête…. On a beau être chez nous, on s’en lassera jamais !

Direction donc le parc d’Assistance, on a du temps devant nous et on peut rouler pépère, au cul des Isérois, Drômois et autres conducteurs habitués aux lignes droite… lol
On croise les VH qui eux ne sont pas du tout dans le même étant de tranquillité… ça chauffe les gommards, coupe les virages, merci pour les frayeurs dans les virages aveugles !!!
Arrivé au parc, on mange un petit bout, petit repérage des situations géographiques des tentes et on va se poster sous celle du Team Cuoq puisque ce sera lui le premier à rentrer.
Il y a Nanou déjà… Merci d’être aussi jolie et dispo Mme Cuoq ! :D
Découverte d’une petite maquette qui sera offerte à Jean-Marie et qui fera l’objet d’inspiration pour mes photos…. Bref, l’ambiance rallye est bien là, c’est super plaisant, et il y a bien que là que l’on peut le mesurer à son paroxysme pour les Team !
Les Autos rentrent, et comme d’habitude, c’est la course pour suivre chacun des concurrents, on reconnaît certaine tête bien connue, on ose pas s’approcher, et puis qu’elle connerie, Arnaud Augoyard est quelqu’un de grand et très ouvert, il nous laisse échanger quelques mots et nous promet de venir faire un tour sur le site. Des idoles habituellement derrière le volant qui se prête au jeu du spectateurisme avec nous, c’est encore de grand moment à vivre !
Le souci dans ces bons instants, c’est qu’il faut qu’ils se terminent… Mais est-ce vraiment un soucis d’avoir à quitter ce lieu pour retrouver une ES ?


D’ailleurs, on est un poil à la bourre, et va pas falloir la jouer touriste sur la route.
Mon fidèle copilote a pris la décision que nous irons voir le second tour au changement de direction du Vigan… Paraît que c’est beau !

Nous y voilà donc, sur la route on pas rencontré Gérald (Blanco) ni Jean-Pierre (Nègre)…
Pourvu qu’il ne leur soit rien arrivé de grave. Romain Dumas est en train d’enrouler l’épingle alors que nous n’avons pas encore mis les pieds sur l’ES, c’est parti pour la course au « postage » :
Au changement de direction, il y a trop de monde et ça ne sert à rien de vouloir y faire des photos vu le peu de dégagement que l’on a pour se placer, on remonte alors un peu plus, Yorick sait plus ou moins ce qu’il nous attend et où on pourrait bien shooter.
Route à flanc de montagne, falaise d’un coté et muret de l’autre avec le soleil qui vient taper contre le relief. Même sans pouvoir vraiment prendre le temps d’admirer, je sens qu’on est bon et que les yeux vont en prendre pour leur compte.
Ca le fait bien, et les pilotes sont très chauds, c’est beau à photographier…. Evidement on est en Cévennes : suffit que la réussite soit là pour bien vous le rendre. Condition de lumières assez dure donc, mais je sors des clichés qui me donne envie chez d’autres photographes et je suis content !


Malheureusement, tout va devoir se terminer rapidement… Mon infirmier bosse de bonne heure le lendemain et ne peux pas se permettre de rentrer tard. Ce deuxième tour se terminera donc pour nous lors du passage de Boris Carminati… Qui fait vraiment pas semblant d’ailleurs, grand plaisir de savoir qu’il est en tête du Swift !
Vu comment il envoi, la bagarre doit d’ailleurs être rude avec ses poursuivants. Go Boris, c’est ta manche, tu dois marquer le max de points pour être encore en lice au championnat au Var.

La journée ne s’arrêtera pas du tout là pour moi puisque je dois retrouver mes amis, en place pour leur rallye de l’année, dans la dernière épingle de l’ES de la Cadière… Domage d’avoir à laisser partir Yorick en sachant qu’il n’en verra pas plus cette année, mais on y peut rien !
Passage donc pas la Cadière, je vais me faire une reco de la spéciale en entier : j’en ai des frissons, rien d’imaginer le monde qui sera posté ici demain, et puis je suis dans MA spéciale référence, la plus belle du monde ! ?
C’est par contre la première fois que je vais pouvoir me poster dans la dernière épingle, qui a elle seule est au moins un aussi gros mythe que le rallye en lui-même…Merci YTP !
Comment Clément et Robin ont-ils bien pu se poser confortablement là bas ?

Et bien, je trouve toujours pas de réponse à cette question ! J’arrive sur les lieux et je les vois sur la terrasse que forme le mur au niveau du freinage. Du monde sur toute la spéciale, et moi je vais être dans un fauteuil demain pour regarder le show de ce virage… Euh au moment où j’arrive sur les lieux, je n’espère évidement pas rester en place pour shooter, je compte évidement ramener de belles photos !
Mais…

L’ambiance est très forte, Yann est là pour déjà préparer son spectacle du lendemain, à l’extérieur de l’épingle, c’est toute un campement qui est en place… Ce campement va s’occuper de nous faire attendre en sans problème et de passer la nuit (blanche) sans soucis, autour de note feu, bien au chaud… Enfin presque !
On aura droit à des passages d’anthologie de la part de nombreuses autos (roooh les vilains qui roule vite sur route ouverte !) et surtout d’une Saxo, jaune… Son pilote s’entraîne toute l’année non ? Enfin, des commentaires auxquels vous ne pourrez pas donner d’images puisqu’il faisait nuit et que nous de notre coté on faisait en sorte de s’occuper et se réchauffer autrement qu’avec du feu…
La nuit se passe donc, sans commentaire… Je ne vais pas rédiger sur tout les faits marquants cette nuit et par la même gravant des souvenirs en moi, puisque ce sont sûrement ce genre d’évènement qui empêche à la FFSA d’apprécier notre Cévennes !

Réveil, samedi matin de bonne heure avec les premiers spectateurs faisant leur apparition plus de deux heures avant le départ de la course : Va-t-on se faire envahir sous notre chapiteau ?
On est trop bien placé et je prends même la décision de rester sur le muret pour shooter. Ce sera de la photo ambiance plutôt qu’ « efficace ». Calé sous le chapiteau le spectacle est au sommet, tout le stade formé autour de cette épingle souffle alors les 50 bougies du Critérium, sous les ordres de YTP. D’ailleurs, ce dernier sera bien plus sage cette année… Enfin plus sage aux yeux de ses détracteurs, je regretterais personnellement ses craquages de fumigènes auprès des pilotes !



Romain Dumas donne le ton, le pistard sait aussi glisser et il fait pas semblant d’ailleurs, pourvu que beaucoup de pilotes aient les moyens au classement de nous rendre ce spectacle. Patrick Henry ouvre la route, en regardant le classement, je me rend compte que ce sera plutôt bagarre que travers… c’est pas mal non plus !


Et quelle bagarre, il y en avait à tous les étages et les pilotes étaient prêts à sacrifier certaines notes pour passer toujours un peu plus fort, jusqu’à faire un tour dans les fossés… Ou carrément casser l’auto pour certain malheureusement. Pour les spectateurs, ça fait parti du show et bien que touché pour eux, j’apprécie de les voir se sortir dans le sens où ils n’étaient pas là pour faire figuration… TOUS ! Merci les pilotes.




Les voitures et… Djjiiiii, djii, djii… Mon plus gros objectif rend les armes ! Merde !
Plus de mise au point, je passe en mode blase !
Heureusement, le spectacle continue sous le muret et je sais tout de même en profiter, mais comment je vais faire moi maintenant pour les photos ? Plus de zoom !
Baf tant pis, je finis en le faisant forcer et je me dis qu’au second tour, en sympathisant avec un commissaire ou un accrédité, je pourrais me faufiler au milieu de l’épingle pour faire du filet en intérieur d’épingle…

Erreur ! Au deuxième passage, directeurs de courses et autres tartampions en bleus, ou avec badges change radicalement de discours à leur passage ! L’hélico est aussi là pour guetter et ne bougera pas tant que tout le monde ne sera pas percher dans son arbre (…Bon j’abuse un peu, mais si certains spectateurs étaient moins reloud, nos organisateurs le seraient aussi sûrement moins : Je veux pas jeter de trop grosses pierres !).
En attendant moi, je me fais aussi éjecter du milieu… Pas de photo au 18 au milieu…. Bah pas de photo tout court !
J’aurais pu essayé de shooter ailleurs, mais étant un peu désencouragé par le fait d’avoir perdu un objo, je lâche tout et je vais faire profiter à mes noeils du passage !

D’ailleurs ce passage s’avéra plus fade que le premier, sûrement, encore, parce que je pensais aux sous que je vais devoir lâcher pour récupérer du matos…Mauffrey n’est plus, Gal passe avec une seule roue motrice, Cuoq a lâché tout espoir de recoller avec ses ennuis moteur.
Heureusement au Cévennes, il y a beaucoup d’amateurs pour nous égayer tout ça, et puis un bon rallye, jaune à la main, avec deux de ces meilleurs potes, idéalement calés dans un fauteuil au dessus de la plus grosse épingle de France : Je suis bien capable d’aimer quand même…
Il y a quelques arrêts de course tout de même, mais l’heure de plier bagage arrive…

On était vraiment super bien placé tout de même, mais tous les bons Critérium ont une fin malheureusement !
C’est le retour donc, passage obligatoire par St Roman de Codières, l’église de Cros, Monoblet…. Là il y a de la route, tout seul en plus !! Héhé… Enfin, j’ai pas de numéro sur les portière mais c’est tellement beau et rythmé, que même à petite allure, c’est trop bon !

Merci Clément et Robin pour ce vendredi soir et samedi de Cévennes, merci Yorick pour les délires toujours énormes ensemble et merci Franck pour la belle journée de Shakedown !
Ce rallye n’aurait pas été ce qu’il a été sans la participation (trop courte) des founes !

Ce sera sûrement mon dernier article de la saison, je souhaite donc à tout le monde un bel inter saison ! Je devrais ouvrir pendant ce temps les galeries manquantes au site !

@bientôt

Loan

 












Loan Volpelliere

Association loi 1901 - Tous droits réservés